L’univers du tricot rien que pour vous

Univers du tricot
Les froides journées invitent à porter des vêtements chauds et incitent à pratiquer des loisirs créatifs en intérieur. Les travaux d’aiguilles joignent justement l’utile et l’agréable. Cette activité séduit autant car elle permet de fabriquer des habits entièrement sur-mesure et dans une variété infinie de modèles, de points et de coloris. En outre, bien que les novices puissent redouter la complexité de cette activite, les enseignes spécialisées accompagnent les créatifs de A à Z. Avant de commencer à fabrication un vêtement en laine soi-même, il est indispensable de bien définir son projet. En effet, tricoter un gilet ou des chaussettes exige de maîtriser des techniques et d’utiliser des matières premières différentes. De plus, il convient de sélectionner avec soin son modèle d’ouvrage ainsi que son patron avant de monter les premières mailles. Le choix du fil, des aiguilles et des points sont d’ailleurs des aspects à prendre au sérieux dès le départ pour obtenir un résultat satisfaisant.

Bien débuter

Pull, gilet, écharpe, gants, mitaines, chaussettes ou encore bonnet, toute une partie de la garde-robe hivernale (et estivale) peut être réalisée à la main, grâce à des aiguilles, à du fil et à du savoir-faire. Aussi, avant de se lancer dans ce loisir créatif, encore faut-il décider ce qui va être tricoté et pour qui. De fait, c’est à partir de ces deux paramètres que le projet pourra se concrétiser. D’ailleurs, un kit tricot qui rassemble tous les éléments nécessaires pour fabriquer son habit peut s’avérer une solution de rapidité très commode. Ces coffrets permettent notamment aux indécis de tester cette activité sans prendre aucun risque. De fait, les kits sont pratiques pour ne pas se tromper et ne rien oublier. Les ouvrages les plus classiques sont ainsi facilement accessibles aux novices. Les tricoteurs avertis y trouveront aussi leur compte grâce à des kits pour monter des ouvrages complexes qui demandent une belle dextérité.

Le modèle et le patron

Fabriquer soi-même son pull demande de la logique, de l’organisation, de la patience ainsi que de l’endurance. De fait, il existe autant de modèles de pulls à tricoter qu’il s’en vend. La coupe, la longueur, la forme du col ou encore les motifs et la densité des rayures sont les principaux paramètres qu’il faut étudier. En effet, cette grande diversité de création oblige à penser au rendu final dans les moindres détails bien avant de commencer l’ouvrage lui-même. Une fois le modèle choisi et tous les outils réunis, il convient de suivre le patron correspondant, c’est-à-dire le descriptif, rang par rang, de la fabrication de la pièce à réaliser. Des patrons pour tous les modèles sont disponibles en ligne mais aussi dans les catalogues spécialisés dans les travaux d’aiguilles. Outre le plan de travail, ce document de référence à garder en permanence avec l’ouvrage indique également, en fonction de la taille (S, M, L, etc.) du gilet à créer, combien de pelotes sont nécessaires, quelles aiguilles doivent être utilisées et quels points il faut monter.

La laine

Choisir correctement son fil est primordial pour réussir son chandail. La fibre peut être naturelle (comme le cachemire), d’origine animale (mouton), végétale (coton) ou synthétique (acrylique). Présentés sous la forme de pelotes de plusieurs dizaines de mètres, le fil sert de matière première aux travaux d’aiguilles. La texture, la douceur ou encore la couleur peuvent entrer en ligne de compte dans la sélection du fil, mais ce ne sont pas les premiers critères à retenir. En effet, les différents types de fils ne conviennent pas à tous les travaux d’aiguilles. Il est donc important de bien observer l’utilisation préconisée des pelotes car une fibre servant à un gilet peut être contre-indiquée pour fabriquer un bonnet. La robustesse du fil ainsi que son rendu sont des facteurs pratiques et esthétiques fondamentaux. Ainsi, un bonnet duveteux mais fragile est tentant mais ces propriétés-là sont moins intéressantes pour réaliser de jolies chaussettes. Enfin, le choix de la couleur du fil est déterminant puisque qu’elle conditionne celle de l’habit. Les fabricants mettent à disposition des teintes variées qui permettent de satisfaire tous les goûts et toutes les envies. Pelotes unies ou fantaisies avec des paillettes ou des reflets, la palette est infinie.

Les aiguilles

Outil indispensable pour créer un gilet ou une écharpe maison, bien choisir ses aiguilles est absolument indispensable pour monter ses mailles correctement. La plupart des travaux de fils se réalisent à partir de deux aiguilles. Chacune comporte une pointe (pour faire passer les points) qui se prolonge par une tige droite (pour maintenir les points) et qui s’achève sur un embout bloquant le rang. Si cette technique est la plus répandue, pour certains modèles d’écharpes ou de bonnets, mieux vaut utiliser une aiguille circulaire. Elle se compose de deux pointes reliées par une tige souple permettant d’enchaîner les rangs sans marquer de rupture. En outre, pour réaliser des chaussettes, des aiguilles à double pointe (et sans embout) sont requises. Elles s’utilisent par groupe de trois ou de quatre selon les modèles. Une fois la question du nombre d’aiguilles résolue, il faut s’attaquer à celle du diamètre. De fait, si toutes les aiguilles n’ont pas la même grosseur, c’est que chaque diamètre répond à des utilisations spécifiques. D’ailleurs, les étiquettes de pelotes de fil conseillent un diamètre d’aiguille. Cette information est primordiale car la grosseur de l’aiguille et celle de la laine doivent être proportionnelles afin de réaliser de jolies mailles. Enfin, la longueur des aiguilles et leur matière jouent des rôles importants. En effet, une aiguille de 20 cm de long sera insuffisante pour réaliser une pièce de 30 cm. En outre, les aiguilles en acier et en bambou sont légèrement plus lourdes que celles fabriquées en plastique mais elles sont plus résistantes et agréables à manier. Ainsi, au moment de l’achat, il faut réfléchir à ses préférences en termes de confort et de longévité.

Les points

Chaque ouvrage tricoté se compose de mailles, également appelées points. Chaque maille contient une boucle et un nœud qui servent à l’associer à la maille suivante. Le principe des mailles prises les unes dans les autres doit être suivi à la lettre afin d’obtenir un ouvrage bien régulier. Il existe plusieurs manières de monter ses mailles, permettant ainsi de varier les effets et de donner du volume et de jolies formes à son gilet. Le choix du point à monter est donc aussi important que celui de la couleur du fil. Les points les plus courants sont le jersey, la côte, le point de riz et le point de blé. Pour réussir ces différents points, il convient d’alterner les mailles endroit et les mailles envers selon un certain ordre, propre à chaque point. Réaliser un gilet ou un bonnet soi-même est un loisir de plus en plus plébiscité par les Français. L’amour du fait maison et la liberté de création qu’offrent cette activité séduisent autant que la facilité d’accès des travaux d’aiguilles. En effet, fabriquer ses propres gants ou son écharpe ne coûte pas plus cher que d’en acheter, surtout si l’on recherche un article de qualité. De fait, les ouvrages issus du Do It Yourself sont souvent plus résistants que ceux du commerce. Du reste, il convient d’en prendre soin en les lavant avec délicatesse afin de préserver les fibres. Les boutiques dédiées aux loisirs créatifs permettent de trouver les matières premières pour se lancer dans n’importe quel projet. Vous avez à présent les clés nécessaires pour vous procurer tout ce qu’il vous faut afin de réaliser votre prochain tricot.


Comment confectionner un cache-pot en crochet ?
Comment faire des étiquettes de voyage ?